WB01343_.gif (599 bytes)WB01345_.gif (616 bytes)

2008 Cœurs de Sable

Affiche Loustal

(A suivre) 73

Coeurs de sable

 

Pour Pascal

 


Pour Cecile

 

 


Pour Veronique


pour Richard

Pour Marc

Très belle et rare dédicace de Loustal (signée) représentant une fenêtre avec vue sur Casablanca. Ce dessin original se trouve dans l’ E.O. de l’album Cœurs de Sable paru chez Casterman en 1985.

 


Dessin Original de LOUSTAL
Format 24/34 signé par l auteur
pour Gérard


http://www.comicartfans.com/GalleryPiece.asp?Piece=890852&GSub=129156
Freek Rafijn


Pour Jean Arnold


Pour Goof  Woestijnkoorts

 



Pour Cyrille


dedicace de loustal,dans l'abum,coeurs de sable

Très belle et rare dédicace de Loustal (signée) représentant une fenêtre avec vue sur Casablanca. Ce dessin original se trouve dans l’ E.O. de l’album Cœurs de Sable paru chez Casterman en 1985.


 


 

Dédicace de Loustal sur papier libre. Ce dernier étant la page de garde de l'album "coeurs de sable" publie chez Casterman en 1985. Le dessin doit dater de cette époque. Au sujet de l'état, le papier ne présente aucune déchirure, ni tache.


dédicace de Loustal de l’album Cœurs de Sable


Dédicace réalisée "pour Loïc" en 1989 au festival de bandes dessinées d' Évreux.
la dédicace en grand (641x482 pixels)
http://dedicaces.guerin.free.fr/article.php3?id_article=48
 

Super dédicace LOUSTAL - COEURS DE SABLE  - EO (Imprimé en janvier 1985 N°1597 ) pour la 1ière édition  Pour Stephane
 

 
Cœurs de sable
A Suivre 73 Février 1984,
LOUSTAL - PARINGAUX: CŒURS DE SABLE
Chapitre 1 : Baby s'amuse

Fatalement frappés d'un coup de foudre pour Cœurs de sable, vous voudrez, bien sûr, en savoir plus sur Loustal et Paringaux. Ils dévoilent un petit peu d'eux-mêmes et racontent en page 26 l'élaboration d'un récit que notre (leur) seule modestie nous empêche de qualifier de chef-d’œuvre.

Loustal et Paringaux, vous les connaissez sans doute déjà, à travers New York Miami et Clichés d'amour, deux recueils de nouvelles en bande dessinée... qui devaient les mener, tout naturellement, au '"vrai roman" qu'est Cœurs de sable...

Voilà maintenant cinq ans que Jacques de Loustal et Philippe Paringaux affinent leur méthode de travail en commun. Le premier, architecte attiré par l'illustration, vit le carnet de croquis à la main, modèle et remodèle ses images. Le second, journaliste, rédacteur en chef de Rock & Folk a un hobby, inventer des histoires et mijoter des scénarios. "C'était un peu frustrant, ces récits courts de nos deux précédents albums. Cette fois, on a vraiment eu envie de travailler à une histoire complète, à un vrai roman 1".
Un vrai roman qui n'a pas arrêté de grossir.. "A l'origine, il ne devait pas sortir du cadre classique des 48 pages. Mais notre façon de travailler s'adapte très mal au mode de récit traditionnel de la BD, avec 6 ou 10 cases par page, - u l'histoire rebondit de vignette en vignette, jusqu'au dénouement. Ce qui nous intéresse, c'est de Pouvoir faire des arrêts sur des moments de l'histoire, de Les développer par l'image, de respecter notre propre rythme. A la première page, le bateau aurait pu tenir la place d'une vignette en haut à gauche, et c'est tout Mais le récit que nous avons adopté est plus soucieux de créer des climats. Il faut que, par l’illustration, on sente le temps qui passe, la chaleur, es variations lumineuses, l'atmosphère."

Les climats de Cœurs de sable, Loustal est allé les puiser à la source, en un an et demi de séjour au Maroc. Une imprégnation progressive, qui a donné peu a peu forme à un projet d'abord vague. "La seule idée de départ, c'était le Maroc. Le voyage permettait donc de faire des repérages. Pour moi, c'est primordial d'utiliser une documentation vécue. L'histoire s'est créée, inventée, en fonction de ce séjour de ce décor. J'ai donc fait beaucoup de croquis, de photos et puis surtout, j'ai respiré le pays, ses atmosphères. Quand nous avons décidé que l'histoire se situerait dans les années 30, j'ai écumé les vieilles bibliothèques de Casablanca."

De son côté, Paringaux entreprenait l'écriture du scénario image par image. "D'abord avec de simples indications de lieu et d'action. A partir de 4 Jacques pouvait procéder à la visualisation du découpage, à partir des documents qu'il avait et des images qui l'intéressaient Ce qui donne un crayonné, susceptible d’être encore transformé, que j'utilise pour faire Les textes. "Ensuite seulemen4 une fois l'image retravaillée, c'est la page définitive." Un travail assez "artisanal", renvoyé de l'un à l'autre, et qui subit en cours de route toutes sortes de modifications. 
Dessin au trait et aquarelle, l'image, dans Cœurs de sable, emprunte des moyens nouveaux par rapport au travail passé de Loustal "Avant j'employais aussi des encres. Mais l'aquarelle est plus riche, elle permet un gros travail sur la lumière. Chaque image est peinte beaucoup plus que coloriée. En fait, je passe autant de temps,' à la couleur qu'au dessin."

Pour l'illustrateur qu'est Loustal, le mode de récit "off " est tout indiqué. "Rien de plus frustrant qu'un gros ballon blanc qui casse l'image!". Et ce n'est pas le scénariste qui dira le contraire. "Dans la BD classique, avec bulles, l'image ne devient bien souvent qu'un fond, seulement suggéré dans la mémoire. Ici, on savoure d'abord le dessin. Pour nous, il y a un travail intéressant à faire sur le rapport texte/image et sur tous les décalages possibles. C'est une construction plus ouverte."
Si la technique du dessin est travaillée, celle de l'écriture n'est pas en reste. Dans la mémoire de Philippe Paringaux, sommeillent des réminiscences de littérature américaine mêlée de cinéma. "La technique d'écriture met en avant les comportements, pas la psychologie des personnages. Je préfère donner au lecteur des sensations plutôt que des certitudes. Le côté ambigu, pas toujours très clair, du récit, est voulu. Pour laisse de l'espace au lecteur, ne pas penser pour lui."
Il faut s'attendre en effet à être traversé par quelques doutes et mystères à la lecture de Cœurs de sable. Mais de ces doutes où s'infiltrent d'autant mieux la force des parfums, celle des instants et leur écho insistant jusqu'au lieu de l'histoire qui se dérobe, jamais cité, seulement insinué. «Plutôt qu'au Maroc, elle se situe dans un Orient un peu mythique, un peu l'Orient de Hollywood..."

New York, Miami, l'Afrique du Nord, Loustal et Paringaux seraient-ils tout à fait allergiques à la gare de Bercy? "Disons que pour l'attrait du dessin, il faut sentir un décor, être inspiré. Mais rien ne dit que nous ne ferons pas un jour une histoire en plein Paris, au fond d'une chambre .. n
En attendant, sans doute rêverons-nous mieux par-dessus le bastingage du « Koutoubia.. » 
CLAUDINE LEGARDINIER