WB01343_.gif (599 bytes)WB01345_.gif (616 bytes)

2009 Le rappel


Boris Vian  &  Loustal
Les cent Une
MMIX



Le rappel est le quarante quatrième ouvrage édite par les Cent Une Société de Femmes Bibliophiles.
L édition est limitée à 101 exemplaires numérotés de I à CI pour les sociétaires et à 24 exemplaires numérotés de 1 à 24 pour les collaborateurs.
Tous les exemplaires sont signés par la présidente des Cent Une et par l'artiste.
Les illustrations de Loustal et le texte de Boris Vian ont été tirés en sérigraphie par Eric Seydoux sur papier BFK Rives. La mise en page et la composition en Rockwell corps 14 ont éte réalisées par Sandrine Granon.
Le coffret a été confectionné par les établissements Paxion.
Achevé d'imprimer en novembre 2009.



le tout en sérigraphie, tous prétendues aux membres de la société, à l'exception de quelques pièces pour l'auteur, collaborateur, imprimante ...
 

Les femmes aussi ont leurs clubs de prestige
Mots clés : Cerles De Prestige, Club, PARIS


29/04/2010
Femmes du monde, d'affaires, de tête, de talent... Elles aussi ont leur cercle. Environ 300 clubs existent en France.

Les temps changent, la majorité privilégie le business aux mondanités. Parmi les plus influents, le WCD (Woman Corporate Directors) décliné en Europe par Véronique Morali, Féminin Pluriel, créé en 1992 par Béatrice Lanson Villat, Capucine de Fouquières et Sophie de Menthon, le Ladies First International de Marie-Blanche Sirven- Viénot, le groupe Grandes Ecoles au Féminin (GEF), présidé par Clarisse Reille, permettent à des femmes actives issues de secteurs d'activités divers de se serrer les coudes, d'échanger conseils et informations sur un monde professionnel où mixité et parité ne sont pas toujours respectées.

À problème spécifique, réponse spécifique. Depuis trente ans, l'association Bienvenue en France regroupe environ 400 diplomates et épouses de diplomates de 90 pays auxquels des bénévoles françaises proposent un vaste choix d'activités surtout culturelles. Culture, encore : dans la lignée des salons littéraires de Juliette Récamier, le Club des Trente, créé en 1994 par Joëlle Bonnefous, et le Maxim's Ladies Club de Monique Raimond et Pierre Cardin, réunissent leurs «fidèles» une fois par mois pour assister à la conférence d'une personnalité ou d'une fine plume. Clin d'oeil au Club des Cent, le club des Cent une seul chiffre au féminin perpétue, grâce à Catherine de Vasselot, la tradition des sociétés de bibliophilie. Ici pas de réunion ni de salons, mais la réalisation d'un ouvrage d'exception dernier en date, Le Rappel, de Boris Vian, illustré par Jacques de Loustal financé tous les deux ans par les cotisations des sociétaires.

http://www.lefigaro.fr

 

"Le Rappel" des Cent Une, œuvre bibliophile de Vian illustrée par Loustal
A l'occasion du cinquantenaire de la mort de Boris Vian, l'association bibliophilique féminine des Cent Une édite « Le Rappel ». Le texte est illustré de sérigraphies de Loustal, l'artiste et dessinateur de bande dessinée, auteur de succès de librairie.



Loustal illustre Boris Vian

Les Cent Une célèbrent à leur manière le cinquantième anniversaire de la disparition de l'écrivain français Boris Vian (1920-1959). Pour leur publication biennale, elles ont choisi de rééditer la nouvelle « Le Rappel », dont l'édition originale remonte à 1950 dans le recueil « L'herbe rouge ». Le dessinateur Jacques de Loustal a apporté son concours à cet ouvrage en réalisant les 10 sérigraphies qui accompagnent cette édition sur vélin de Rives.
« Le Rappel », représentatif de la poésie surréaliste de Vian

« Le Rappel » raconte l'histoire de la chute d'un homme depuis le sommet d'un gratte-ciel. Le héros commente tous les dix étages ce qu'il aperçoit par les fenêtres. Après un arrêt à un étage, une remontée, le personnage reprend sa chute et finit par s'écraser.

Ce texte « Le Rappel » est représentatif de la poésie surréaliste dont sont empreintes les œuvres de Boris Vian, l'écrivain-saxophoniste, équarisseur de première classe du collège de pataphysique, mort à 39 ans d'une crise cardiaque. Cette édition à tirage limité et numéroté est un hommage à l'auteur de « L'écume des jours », de « J'irai cracher sur vos tombes », et d'autres ouvrages (« Elles se rendent pas compte », « Les fourmis ») parus sous le pseudonyme de plume de Vernon Sullivan.

"Les couleurs vives de Loustal pour illustrer la poésie de Boris Vian"

« Les couleurs vives de Loustal, son trait efficace et épuré nous ont paru servir à merveille la poésie décalée de Boris Vian. » déclare Catherine de Vasselot, Présidente des Cent Une. « Loustal décrit avec un humour distant et pudique les 10 étapes de la chute du personnage du « Rappel ». Il dépeint dans son style minutieux, figuratif, stylisé mais profondément vivant la chute sans résistance d'un personnage insensible à son propre drame. Ses illustrations s'inscrivent à merveille dans ce livre à la typographie chamboulée.»

Proche des romans graphiques, l'univers visuel de cet ouvrage s'adresse autant aux amateurs de beaux livres qu'aux fans de bande dessinée. La mise en page évoque celle d'un carnet de croquis, où les pages se succèdent verticalement comme des étages. Depuis la page de titre jusqu'au colophon, les lettres suivent une désescalade : celle-ci image la chute du personnage jusqu'à cette méduse rouge, qui symbolise l'écrasement du héros sur le bitume. Au milieu des polices de caractères noires, blanches et rouges, les œuvres de Loustal ressortent comme des tableaux éclatants. Le velouté de la sérigraphie ajoute à ces pages la sensualité propre aux livres édités sur beau papier. « Nous avons choisi d'imprimer les illustrations, mais également le texte, par procédé sérigraphique. C'est une technique difficile à maîtriser. On navigue entre l'artisanat et l'art. », précise Catherine de Vasselot. « Eric Seydoux a réalisé là un travail remarquable. », commente Loustal en connaisseur exigeant.

ARTICLE RÉDIGÉ EN MARS 2010

Rare. Créée en 1926, l’association Les Cent Une est la seule société de bibliophilie exclusivement féminine. Tous les deux ans, elle édite un beau livre réunissant un texte souvent inédit et des gravures originales. Grand papier, impression au plomb, coffret soigné et tirage très limité, ces objets d’exception, au nombre de quarante-six, se dévoilent pendant trois semaines au public, mariant les talents de Giraudoux, Yourcenar ou Maalouf avec ceux de Lurçat, Masson, Trémois, Loustal ou Viallat. Au fait, pourquoi “Les Cent Une” ? Pour faire mieux que le cercle exclusivement masculin des Cent Bibliophiles, pardi ! Avec, comme grande coupable, au début du siècle dernier, la princesse Schakowskoy.
http://www.valeursactuelles.com/expositions-au-temps-de-klimt-la-secession-a-vienne-51010
 

 

 





 

 

 

 


28 juillet 2016 Ebay.fr