WB01343_.gif (599 bytes)WB01345_.gif (616 bytes)

2018 A/R Magazine voyageur nº 44
 

Numéro 44 - octobre-novembre 2018
euro 6,90
Couverture: Loustal

https://www.ar-mag.fr/magazines/numero-44-a-r-magazine-voyageur/

NUMÉRO 44 A/R MAGAZINE VOYAGEUR

ENTRETIEN
- Loustal - Dessinateur de grand chemin

REPORTAGES
- Salvador - La résurrection
- Guatemala - Couleur maya
- Suisse - Au bon pays du gruyère
- Catalogne - Complètement Miro
- Iran - Les sommets de la liberté
- -
CHRONIQUES
- Tendance durable - Dugongs sauvés par le gong ? (Bahreïn)
- Heureux qui comme - Le monde vu du guidon (Souvenirs d'une motarde-)
- TDCDM - Ay, caramba ! voilà la tourista
- Carte postale - Bienvenue à Bor (Serbie)
Horoscope infaillible
Livres, musique, cinéma

PORTFOLIO
- La diagonale du vide

Numéro 44 - octobre-novembre 2018
euro 6,90

https://www.ar-mag.fr/magazines/numero-44-a-r-magazine-voyageur/
A/R Magazine voyageur : tous les 2 mois, 100 pages de reportages, de bons plans et de petits conseils pour prendre le grand large depuis votre salon.

Dessine-moi une jungle

Rappelez-vous quand le Petit Prince demande à l’aviateur dans le désert : «S’il vous plaît, dessine-moi un mouton ». L’autre, après trois essais infructueux et ne sachant pas comment faire, finit par lui dessiner une caisse bien fermée avec dedans soi-disant un mouton. Et, le Petit Prince de se réjouir instantanément. Ce mouton-là était parfait… Allez comprendre ! Lui aurait-il demandé une couverture pour supporter la fraîcheur des nuits à la belle étoile, que l’aviateur encore une fois dépassé, mais jamais à court d’une astuce, lui aurait, pour son plus grand plaisir, emballé la chose dans un grand papier tenu par un ruban bleu. Quand nous aussi, nous avons cherché une personne disposée à nous dessiner une couverture pour passer l’automne au chaud, on a jugé que l’aviateur, cette fois ne s’en sortirait pas avec une pirouette, encore moins en dessinant une couverture en laine impeccable sous toutes les coutures. Alors, on a demandé à Loustal, un cador de la bande dessinée et de l’illustration qui ne risquait pas de confondre couverture et couverture. Il n’a pas eu besoin de sortir ses pinceaux, car il garde dans sa malle aux trésors un petit paquet d’illustrations aux couleurs du rêve et de l’aventure, des illustrations qui invitent irrésistiblement au voyage. Même les casaniers les plus indécrottables ne résistent pas à leur pouvoir hypnotique, c’est un phénomène attesté. Et c’est ainsi qu’une jungle enchantée fait la une du numéro 44 et n’hésite pas à tirer la couverture à elle. Nous n’y trouvons rien à redire, bien au contraire. C’est tout à fait comme ça qu’on la rêvait. Parfaite pour évoquer l’Amérique centrale et ses forêts aux mille nuances de vert, peuplées d’animaux sauvages et quelquefois de touristes allumés. Parfaite aussi pour présenter Loustal, notre invité. Michel Fonovihc

TROIS QUESTIONS AU DESSINATEUR LOUSTAL

Publié le 15 oct. 2018 par Michel Fonovich

Jacques de Loustal, dessinateur de grand chemin, collectionneur de méridiens. Ses œuvres qu'il signe, désinvolte, d'un simple Loustal, ont un pouvoir extraordinaire : elles vous happent puis vous expédient jusqu'au cœur du paysage dessiné. Drôle de voyage ! Et si on en parlait ?
LOUSTAL, QUAND AVEZ-VOUS COMMENCÉ À VOYAGER ?
Loustal : Pas si jeune. Comme mon père voyageait tout le temps pour son boulot, on ne partait pas, ça l’emmerdait. Vers 17 ans, j’allais à Amsterdam en mobylette depuis Paris avec un pote. 300 km à 30 de moyenne, c’était tout une aventure et puis une fois arrivés là-bas, c’était Rock City comparé à Paris ! Le Paradiso, les groupes de rock, les Hell’s Angels, les campings, les filles du quartier rouge… À l’époque je partais sans crayon.

COMMENT AVEZ-VOUS VOYAGÉ À TRAVERS LE MONDE ?
Loustal : J’ai eu la grande chance de participer à beaucoup de résidences d’artistes dans les Instituts français. Cela a nourri mes carnets de voyage, mais il faut bien s’organiser. Il m’est arrivé de passer toute la semaine dans des sous-sols éclairés au néon avec des étudiants en dessin. C’est mortel. Au lieu de faire des stages, il vaut mieux organiser une conférence, beaucoup dessiner et conclure avec une exposition. Je travaille donc dans ma chambre d’hôtel que je transforme en atelier.





LE PAYS OÙ VOUS N’ÊTES JAMAIS ALLÉ ?
Loustal : Les pays ! Il y en a tellement. L’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie. Je connais bien l’Amérique du Sud en dehors du Paraguay. L’Afrique est pleine de pays où on ne peut plus aller. Mon dernier long voyage s’est déroulé en Afrique du Sud pour l’année de la France. J’ai beaucoup aimé la Namibie. Désormais, j’ai tendance à voyager dans des pays de grands espaces. J’aime moins les villes.



[Lire la suite dans AR44] https://www.ar-mag.fr/trois-questions-au-dessinateur-loustal-10850/



MINI-BIO
1956. Naissance de Jacques de Loustal à Neuilly.

Fin des années 70. Étudiant en architecture, il commence à publier des illustrations dans Rock & Folk où il rencontre Philippe Paringaux qui lui écrira plusieurs scénarios de BD.

1987. Barney et la note bleue, Loustal et Paringaux, Casterman. Grandeur et déchéance d’un musicien de génie hanté par l’amour.

1997. Carnet de voyage, Le Seuil. De Saint-Domingue au Chili, du Japon au Sénégal, les voyages inspirent Loustal.

2008. Adaptation en bande dessinée d’une nouvelle de Dennis Lehane, Coronado


 


Jacques de Loustal 


The New Yorker, April 21, 2008

 


Plus personne sur la plage - Huile sur toile - 92x65 cm
Type : Peinture
2017 / 2018??